L’Amérique quitte l’accord sur le climat

Le président américain a lancé qu’il est temps de quitter l’accord de Paris car cela devenait « très injuste » pour son pays. Une décision qui a provoqué la réaction de quatre coins de la planète, surtout la consternation et la stupeur des 194 participants signataires du texte historique.

Quel est le contenu de cet accord sur le climat ?

La décision de Donald Trump est tombée enfin le 01er juin dernier, après avoir laissé dans le suspense les autres pays. Il a dit qu’il est élu afin de représenter Pittsburgh mais non pas Paris et il afait ressortir la défense des emplois américains. Pour rappel, l’accord de Paris, dont la conclusion est faite la fin de l’année 2015 est réalisée entre autres sous l’initiative de Barack Obama, l’ancien président américain. Cet accord a pour objectif de garder l’augmentation de la température mondiale moyenne en deçà de 2°C comparée à l’ère pré-industrielle. En pratique, l’administration Obama a visé une baisse de 28% à 26% de leur émission de gaz à effet de serre jusqu’en 2025, une estimation comparée à l’année2005. Afin de justifier sa sortie, Donald Trump a cité l’article 28 de cet accord de Paris qui donne la possibilité aux signataires de s’en retirer. Cette sortie de signataire ne prendra effet qu’en 2020 mais selon Trump, les Etats-Unis arrêtent déjà l’application de cette procédure. Notons que les Etats-Unis figurent en deuxième place, après la Chine dans l’émission de ce gaz. En fait, cet arbitrage concerne plus que la question climatique. Elle révèle le rôle que l’Amérique entend jouer dans les prochaines années sur le plan international. Elle donnerait aussi plus d’importance à la Chine qui est considérée comme le pays leader de cet accord climat. Par ailleurs, on s’inquiète aussi sur le devenir de l’apport de financement de 23% du budget de la Convention de l’ONU et l’aide internationale aux pays les plus démunis comme le Fonds vert.

amerique-paris-accord

Les réactions des autres participants

Pour Elon Musk, le PDG de voitures électriques Tesla, et qui défend ardemment les énergies renouvelables, il a tweeté que le changement de climat est réel. Le fait de quitter cet accord n’apporte rien de bon pour le monde et pour l’Amérique. Il a d’ailleurs annoncé qu’il va quitter le cercle de conseillers du président Américain. Quant au patron du GE, Jeff Immelt, il ne cache pas sa déception. Il a ajouté que le changement climatique est une réalité et que les industries doivent montrer l’exemple et ne pas dépendre de la décision du gouvernement. De même, Barack Obama, a fait état aussi de sa déception sur cette décision de l’actuel occupant de la Maison-blanche. Selon l’ancien président américain, les Etats-Unis auraient à être à l’avant-garde. Il en appelle ainsi aux Etats, villes et entreprises dans la protection de la planète. Le Premier ministre danois, quant à lui, a parlé « d’une triste journée pour le monde ». La chancelière allemande, la porte-parole des Nations Unies ont évoqués également leur regret et déception suite à la tournure de cet accord.