Ma passion : la bouffe

Depuis ma petite enfance, j’étais habitué aux plats cuisinés destinés à être réchauffés, aux tartes, aux conserves, aux soupes toutes faites. Mes parents, accaparés par leurs boulots, n’ont pas le temps de faire la cuisine et l’aide ménagère ne fait pas le repas. Elle s’occupe seulement de la lessive et du ramassage à l’école. A l’époque, mes parents avaient alors contracté un crédit immobilier pour notre résidence principale. Dans de telles conditions, je ne me régalais vraiment que les week-ends où maman prépare ce petit met et un gâteau au chocolat avec la crème anglaise à la menthe. Que de délices ! j’ai commencé à adorer la bonne bouffe ! Les week-ends sont sources de joie pour moi, car maman qui s’aperçoit de ma frustration, concocte toujours des petits plats savoureux qui sortent de l’ordinaire. Mes papilles étaient bien gâtées les samedis et dimanches.

L’histoire de ma vie

A 16 ans, mes parents ont fini de solder leurs dettes immobilières et ma mère s’est arrêté de travailler. J’étais alors en classe de première au lycée. Fils unique, j’ai tous ce que je voulais, un PC gamer ultra-performant, des gadgets connectés, une petite voiture décapotable etc. Mais ça ne m’intéresse pas réellement mais ce que j’aime c’est la nourriture. J’adore manger : la cuisine française, asiatique, européenne, méditerranéenne tout ! Voyant mes plaisirs culinaires, ma mère a suit un cours de gastronomie en ligne et a acheté de nombreuses recettes. Elle se débrouille bien et tous les jours après le lycée, j’ai droit à une assiette fine et légère ou à un plat délicieux et créatif. Le ketchup et la mayonnaise ne sont plus achetés au supermarché, c’est fait à la maison. Le steak haché accompagné de frites n’est que pour certains petits déjeuners. J’ai une alimentation bien saine, avec des salades vertes, des fruits frais quelquefois et surtout de la viande. Ma spécialité préférée c’était alors le Jambalaya, c’est une préparation avec du riz, du jambon cuit, de gambas, de tomates et du poivron. On l’accompagne avec les tranches d’ananas et de noix de coco. Ma passion pour la bouffe m’a fait gagner du poids. Je pèse alors 90 kg pour 1m72. Et puis je déserte souvent la gym que je trouve très fatigant. Petit, je n’avais pas souvent l’occasion de dévorer tous les mets et les gâteaux que j’aime, je m’en suis donné à cœur joie à présent. Mon rapport avec la nourriture est excellent et je ne passe pas devant la pâtisserie du quartier sans acheter des petits fours aux jaunes d’œufs ou une mousse au chocolat en feuillantines. Ce dernier a une saveur très délicieuse. J’en achetais trois ou quatre surtout quand je dois passer des heures devant l’ordinateur. Après mon bac, j’ai opté pour la filière bâtiment et j’ai décroché mon diplôme d’ingénieur.

Trop c’est trop

Mais petit à petit à 27 ans, des problèmes de santé sont apparus. Je pesais alors 98 kg. On me dit obèse mais moi je me sentais bien dans ma peau. Le médecin m’a mis sous régime et j’ai dû limiter ma gourmandise : problèmes intestinaux, trace de diabète et taux de cholestérol élevé. Bref, l’amour du bon manger m’a quitté car ma femme soucieuse de ma santé ne me gâte pas comme ma mère ! Elle choisit toujours un plat peu calorique et au bout de trois mois, j’ai perdu 10 kg en même temps que ma passion pour la bouffe !

bouffe-passion